Les quotidiens burkinabè à fond sur la grève des agents de santé

0
105


Publié le
18.04.2019 à 12h18
par
APA

Les quotidiens burkinabè, dans leurs livraisons de ce jeudi, commentent largement la grève du Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Synthsa), entamée la veille sur toute l’étendue du territoire.«Grève du SYNTSHA : Des mesures pour stopper l’hémorragie», affiche L’Observateur Paalga qui relate que les hôpitaux publics tournent depuis hier au ralenti en raison d’un mouvement de grève de 48 heures.

Le doyen des quotidiens privés burkinabè  précise que le mouvement est lancé par le Syndicat national des travailleurs de la santé humaine et animale (Synthsa) qui exige l’application du protocole d’accord signé avec le gouvernement le 13 mars 2017.

De son côté, Aujourd’hui au Faso, autre quotidien privé, fait observer que, suite à la grève du Synthsa, «des malades se tordent de douleur à Ouagadougou» et que «des patients cherchent soignants à Dédougou».

Quant à L’Express du Faso, quotidien privé imprimé à Bobo-Dioulasso (2e capitale du Burkina Faso), il informe que «le mot d’ordre est suivi à Bobo-Dioulasso» et «la mobilisation est aussi forte dans le Kénédougou (Ouest)».

Le journal privé Le Pays mentionne qu’à Bobo-Dioulasso, «le syndicat n’a pas prévu de service minimum».

Pendant ce temps, le quotidien public Sidwaya met en exergue «le service minimum assuré à Yalgado», rapportant que le secrétaire général du ministère de la Santé, Dr Robert Karama a effectué une visite au Centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO) dans la matinée du mercredi 17 avril 2019.

Le même journal, toujours dans le domaine de la santé, renseigne que concernant la couverture sanitaire du pays, un Centre hospitalier régional (CHR) verra le jour à Manga (capitale de la région du Centre-sud) dans 18 mois.

A ce propos, le confrère évoque une décision prise, hier mercredi, en conseil des ministres.





Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here