Syrie: nouvelles « redditions » depuis l’ultime poche jihadiste

0
294


Les forces antijihadistes soutenues par Washington ont annoncé mardi la « reddition » de personnes venant du dernier réduit du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, à la suite d’une nuit d’intenses bombardements.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la proclamation d’un « califat » sur de larges pans de territoire à cheval entre la Syrie et l’Irak, l’EI est sur le point d’être rayé de la carte.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes, sont engagées depuis décembre dans une offensive contre l’EI avec le soutien d’une coalition internationale antijihadiste emmenée par les Etats-Unis.

Elles ont relancé dimanche leur assaut pour déloger de Baghouz les jihadistes, qui tiennent encore un petit bout de territoire dans ce village situé aux confins orientaux de la Syrie.

« Des gens sont en train de se rendre à l’heure actuelle », a déclaré mardi à l’AFP Ali Cheir, 27 ans, commandant d’une unité des FDS, sans préciser s’il s’agissait de civils ou jihadistes, ni le nombre de personnes concernées.

Mardi matin, le calme régnait sur le front après deux nuits consécutives de bombardements incessants, qui ont tué des dizaines de combattants de l’EI selon les FDS, et provoqué des explosions.

Les avions de la coalition sillonnaient le ciel sans toutefois mener des frappes, a constaté une équipe de l’AFP sur place.

Environ 400 personnes ont été évacuées lundi du réduit de l’EI depuis le début de l’assaut donné dimanche, selon l’alliance arabo-kurde.

Ces dernières semaines, les FDS ont suspendu à plusieurs reprises leurs opérations pour faciliter les évacuations de plusieurs milliers de civils, majoritairement des membres des familles de jihadistes, et des combattants de l’EI qui se sont rendus.

– Combats de nuit –

« L’objectif de notre progression est de terroriser les combattants de l’EI pour qu’ils se rendent, et pour que les civils sortent », a révélé Ali Cheir, un foulard traditionnel, fleuri et vert, noué sur la tête.

Depuis une villa de Baghouz encore en construction et transformée en position des FDS, les combattants des FDS écoutent vrombir les avions et crépiter les mitrailleuses lourdes.

« L’opération militaire est en cours mais elle est généralement ralentie dans la journée », a affirmé à l’AFP un autre responsable des FDS. « Les FDS mènent souvent leurs opérations la nuit », dit-il.

Lundi soir, une équipe de l’AFP a assisté à certains tirs d’obus menés par les FDS. « Excellent, cible atteinte », s’est réjoui Rawan, un combattant de l’alliance arabo-kurde qui observait la trajectoire d’un obus.

Depuis une colline surplombant le village assiégé de Baghouz, un correspondant de l’AFP a vu un grand incendie ravager de nuit une partie du campement de l’EI, situé au bord du fleuve Euphrate.

Les combats au sol ont causé lundi la mort d’environ 40 jihadistes, contre trois combattants de l’alliance arabo-kurde, selon le porte-parole des FDS, Mustefa Bali.

Les avions de la coalition anti-EI ont aussi pilonné le dernier réduit de l’EI avec 20 frappes aériennes, détruisant des véhicules blindés et des dépôts d’armes, selon M. Bali.

Ali Cheir a raconté avoir participé aux « violents » combats de lundi soir avec trois groupes d’hommes de son bataillon.

« La nuit, les avions de la coalition visent tout mouvement, et en conséquence, les capitulations ont lieu le matin. On interrompt nos tirs totalement pour qu’ils se rendent », a-t-il affirmé.

– « Persévérance » –

Près de 59.000 personnes ont déjà été évacuées de l’ultime poche jihadiste depuis décembre, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

La plupart d’entre elles ont été transférées vers le camp de déplacés d’Al-Hol (nord-est), où s’entassent désormais plus de 66.000 personnes, selon le bureau de coordination humanitaire des Nations unies (OCHA).

L’organisation a indiqué lundi que seules 30 familles sont arrivées à Al-Hol au cours des dernières 48 heures précédentes.

« Les derniers arrivants (…) sont dans un état physique nettement moins bon » que celui des vagues précédentes, a ajouté l’organisation.

Depuis décembre, environ 113 personnes –dont les deux tiers sont des enfants de moins de cinq ans– sont décédées en route vers le camp ou peu de temps après leur arrivée, a indiqué l’organisation onusienne.

Si l’EI est sur le point de perdre son ultime ancrage territorial, le groupe a déjà entamé sa mue en organisation clandestine. Ses combattants sont disséminés dans le désert syrien et parviennent à mener des attentats meurtriers.

Lundi soir, le groupe a appelé, par une vidéo diffusée sur ses réseaux de propagande, les jihadistes retranchés dans l’ultime poche de l’organisation à faire preuve de « persévérance », estimant que « la bataille n’est pas achevée ».

« Même si nous avions plusieurs milliers de kilomètres et qu’il ne nous reste plus que quelques kilomètres et qu’ils disent que nous avons perdu (…) Dieu a d’autres critères », affirme dans cette vidéo un homme coiffé d’un keffieh noir et blanc, présenté comme « Abou Abdel Athim ».

Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 360.000 morts et plusieurs millions de déplacés.





Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here